Accueil Aquaculture Europe

Aquaculture Europe

« Aquaculture Europe », congrès international, se tenait il y a quelques jours en Croatie : les chercheurs de l’Institut ont présenté le programme d’Aquaculture Multitrophique Intégrée qui vient d’être mis en place.

61 pays représentés, 1000 présentations de travaux de recherche, 350 présentations orales : le congrès « Aquaculture Europe » réunissait scientifiques et professionnels de la filière autour du thème « Cooperation for growth ». Afin que l’aquaculture européenne devienne une solution durable pour limiter la pression de pêche sur les stocks sauvages, elle va devoir se réinventer et se moderniser. Et il devient urgent pour tous les opérateurs du secteur de coopérer pour avancer plus vite ! Qu’il s’agisse de programmes de sélection, de ressources alimentaires, de performances techniques, de promotion ou de gestion de la formation et des connaissances, les organisateurs du congrès ont voulu insister sur la nécessité d’actions communes faisant appel à la coopération régionale, à des groupes de travail, à des partenariats public / privé…

JPEG - 41.7 ko
Le ministre de l’agriculture croate lors de la séance d’ouverture du congrès. Ph. R. Simide

Le programme IMTA de l’Institut considéré comme très novateur

Thomas Miard, ingénieur aquacole, co-responsable avec le Dr Rémy Simide du programme d’Aquaculture Multitrophique Intégrée récemment mis en place à l’Institut, a présenté les premiers résultats obtenus. Rappelons que l’IMTA consiste à élever plusieurs espèces à partir de l’alimentation donnée à une seule d’entre elles. Les autres espèces utilisent les déchets produits par la première pour se développer, et les élevages sont ainsi plus efficaces, plus rentables et plus soucieux de l’environnement. Un travail considéré par ses pairs comme extrêmement novateur.

JPEG - 40.7 ko
Thomas Miard lors de la présentation du programme d’Aquaculture Multitrophique Intégrée mené à l’Institut. Ph. R. Simide

Trois grands thèmes évoqués en séance plénière

Trois thèmes principaux ont été évoqués en séance plénière : d’une part, la nécessité de développer une agriculture marine, pour « donner la priorité aux terres arables pour les cultures à haut rendement destinées à la consommation humaine et non pour nourrir les poissons », et donc trouver d’autres sources alimentaires pour les élevages ; d’autre part, le besoin, « afin de satisfaire la forte demande du marché, d’augmenter la production de thon rouge issue d’une aquaculture durable où l’ensemble du cycle de vie biologique est géré » ; enfin, l’utilisation de la génétique, en présentant « les considérations éthiques que nous devons prendre en considération lorsque nous évaluons si et comment l’adopter comme outil de changement potentiel pour l’aquaculture."

Outre plusieurs forums, un Workshop réservé aux étudiants était également organisé : un accompagnement en matière de formation sans doute indispensable au développement futur de l’aquaculture en Méditerranée.