Accueil RechercheProgrammes de rechercheMérou brun

Mérou brun

CONTEXTE, OBJET DU PROGRAMME
Le mérou brun, Epinephelus marginatus, est un poisson emblématique de Méditerranée. Depuis 1992, l’Institut océanographique Paul Ricard soutient l’action du Groupe d’étude du mérou (GEM) pour protéger cette espèce. Un moratoire d’interdiction de la chasse sous-marine et de la pêche à l’hameçon de ce poisson a été mis en place en 1993 et successivement reconduit jusqu’en 2023.

Reproduction des mérous bruns
Les juvéniles de mérous bruns sur les côtes françaises sont-ils des témoins du réchauffement climatique ? Jusqu’à la fin des années 1980, les observations de mérou brun montraient l’absence d’individus de moins d’un kilo sur les côtes françaises de Méditerranée. Pour les scientifiques, le mérou brun se reproduisait en Méditerranée méridionale, et une partie de la population se déplaçait par migrations successives vers le Nord.

La découverte de juvéniles de quelques centaines de grammes, puis d’un individu de quelques grammes en 1991, aux Embiez (Var), a infirmé cette hypothèse. Ces poissons constituent les preuves irréfutables de la reproduction des mérous sur les côtes nord-occidentales de la Méditerranée, probablement sous l’influence de modifications climatiques.

Identification individuelle
Les études du comportement animal nécessitent souvent la possibilité de reconnaître chaque individu. La méthode d’identification est basée sur la disposition et la forme de deux groupes de taches attenantes à l’œil. Ces taches sont caractéristiques pour chaque individu et ne se modifient pas notablement au cours du temps.

Campagnes de recensement
Le GEM organise ou coordonne des campagnes de recensement du mérou brun auxquelles participent de façon régulière les plongeurs de l’Institut. Ces campagnes ont pour but de dénombrer et d’évaluer la taille des mérous présents sur le site. Dans la plupart des cas, ces campagnes sont répétées dans le temps afin de pouvoir évaluer l’évolution des populations.

Les missions de recensement des populations de mérous sont menées par des plongeurs en scaphandre autonome associés à des apnéistes, tant dans les aires marines protégées (AMP) que dans des sites non protégés.

D’une manière globale, on constate un accroissement très important de ces populations dans les aires marines protégées (par ex., le nombre de mérou a été multiplié par 8,5 entre 1993 et 2011) et significatif mais beaucoup moindre hors AMP.
Cette évolution est liée d’une part aux moratoires de protection depuis 1993 et, d’autre part, au réchauffement climatique qui permet désormais la reproduction de cette espèce sur les côtes nord-occidentales de la Méditerranée.

Les sites de campagnes
AMP :
- Parc national de Port-Cros, tous les 3 ans depuis 1993.
- Porquerolles, tous les 2 ans depuis 2008
- Réserve naturelle de Scandola, première campagne en 2011
- Réserve naturelle marine de Cerbère - Banyuls, tous les 5 ans depuis 2001
- Parc naturel des Bouches de Bonifacio, périodicité irrégulière depuis 2000
- Parc marin de la Côte Bleue, 2006

Hors AMP :
- La Ciotat, tous les 2 ans depuis 2007
- Monaco, 1995, 1997, puis tous les 3 ans depuis 2006
- littoral des Maures, tous les 2 ans depuis 2010
- calanques de Marseille, en collaboration avec la Fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESSM), tous les ans depuis 2004

PARTENARIAT
scientifique
- Groupe d’étude du mérou (GEM)
L’Institut océanographique Paul Ricard est très actif au sein du GEM créé en 1986, à l’initiative de responsables d’espaces marins protégés, de scientifiques et de membres de la FFESSM : il assure le secrétariat général de l’association (Patrick Lelong), participe à des campagnes de recensement, à l’organisation de symposiums…
www.gemlemerou.org

- Parc national de Port-Cros

BIBLIOGRAPHIE
LELONG P., 1993
Présence de juvéniles du mérou brun (Epinephelus guaza) sur le littoral méditerranéen français. In : Qualité du milieu marin - Indicateurs biologiques et physico-chimiques. C.F. Boudouresque, M. Avon, C. Pergent-Martini (eds), GIS Posidonie Publ., France, pp : 237-242. Consulter/télécharger le pdf

LELONG P., 1999
Identification individuelle du mérou brun, Epinephelus marginatus (Lowe, 1834) par les taches céphaliques. Mar. Life, 9 (2) : 29-35. Consulter/télécharger le pdf

LELONG P., 2005
Capture d’un macabit, Epinephelus merra Bloch, 1793 (Poisson, Serranidae), en Méditerranée nord-occidentale. Mar. Life, 15 (1-2) : 63-66.