Accueil RechercheProgrammes de rechercheOursin (gestion)

Oursin (gestion)

Observation et comptage d'oursins.
Observation et comptage d’oursins.
Oursin comestible <i>Paracentrotus lividus</i> dans l'herbier de Posidonie.
Oursin comestible Paracentrotus lividus dans l’herbier de Posidonie.

CONTEXTE, OBJET DU PROGRAMME
L’oursin comestible, Paracentrotus lividus, est très prisé en gastronomie. Ce « caviar de la Méditerranée » fait l’objet d’une pêche professionnelle réglementée, pratiquée en apnée ou avec scaphandre autonome selon les quartiers maritimes.

Selon certains pêcheurs professionnels de Méditerranée, on constaterait depuis quelques années une diminution des populations adultes, plus ou moins marquée selon les secteurs.

A la demande des professionnels de la mer, l’Institut océanographique Paul Ricard a engagé un programme visant à mieux connaître l’espèce Paracentrotus lividus, à évaluer l’état de cette ressource et à améliorer sa gestion. La voie du repeuplement expérimental est explorée.

Scientifiquement, les travaux comportent :
- un volet terrain pour évaluer l’état réel de la ressource en faisant des comptages d’individus sur quelques sites de la région, et voir comment elle évolue dans le temps et l’espace ?
- un volet expérimental pour étudier la faisabilité du repeuplement : production de juvéniles, conditions de lâchers…, son efficacité, ses conséquences écologiques sur la ressource et les biocénoses naturelles.

Des essais de repeuplement

Prévus sur cinq sites de la région de Toulon, dont deux autour des Embiez, des lâchers expérimentaux en mer ont été effectués en 2010 et 2011. Pour cette expérimentation, 1 500 000 juvéniles d’oursins ont été produits dans l’écloserie de l’Institut océanographique Paul Ricard.

Mais la question est de savoir si les oursins que l’on trouvera dans un ou deux ans sur ces sites proviennent bien des lâchers. Marquer des individus d’un à deux millimètres n’est pas réalisable, d’où l’idée d’une recherche de parentalité par marqueurs génétiques réalisée par l’équipe B 2M du Laboratoire PROTÉE, Université du Sud Toulon–Var.

Les outils moléculaires permettront l’analyse des populations de différentes stations, l’établissement de la carte d’identité de parentalité des reproducteurs utilisés et la mise au point d’un test de paternité permettant la reconnaissance des individus sur site après lâcher.

PARTENARIATS
scientifique
- Université du Sud Toulon–Var/Équipe B 2M du Laboratoire PROTÉE (Joël Grillasca).
financier
- Conseil Général du Var
- Toulon Provence Méditerranée (TPM)
- Caisse d’Épargne Côte d’Azur

BIBLIOGRAPHIE
> Voir le film en page sommaire de la rubrique "Recherche" : Programme oursin (7mn 30s)

Schéma fonctionnel de l’écloserie expérimentale
(Conception technique de Philippe Aublanc et dessins de Marine Delvil)