Accueil Un grand biologiste s’en va…

Un grand biologiste s’en va…

Le Pr. Nardo Vicente rend hommage au Pr. Jean-Claude Moreteau, emporté en ce premier janvier. Il a été, aux côtés de l’Institut, un acteur majeur de la recherche sur la grande nacre de Méditerranée.

« Jean-Claude Moreteau, pendant de longues années, a travaillé à mes côtés pour conduire le programme de recherches sur la Grande nacre de Méditerranée. Spécialiste de la faune aquatique, il est devenu un amoureux inconditionnel de la Méditerranée lors de sa formation de Moniteur de plongée au CIP de Bendor de Claude Arzillier. Et dès les années 1980, nous avons effectué ensemble plusieurs missions au parc National de Port-Cros et à la Réserve naturelle de Scandola. Nous avons également établi un modèle de croissance du grand coquillage qui a donné lieu à plusieurs publications et rapports scientifiques, en commun. En 2002 il intervenait aussi lors du Premier Séminaire International sur la Grande Nacre que j’avais organisé à l’Institut.

JPEG - 32.8 ko
Nardo Vicente et Jean-Claude Moreteau, en 1988, à Scandola.

Très concerné par la pollution de la grande bleue, il a participé avec Christian Pétron et moi-même à la réalisation du film Pollutions et nuisances sur le littoral méditerranéen qui nous a valu la Palme d’Or du Film scientifique à Rio de Janeiro en 1980.

Jean-Claude Moretau était né à Gif sur Yvette en 1945, et a passé toute son enfance et son adolescence à Madagascar. Il a fait ses études secondaires à l’Ecole Sacré Cœur Antinemena à Antananarivo, puis ses études supérieures à l’Université de Paris Orsay où il est devenu Docteur ès Sciences. Nommé Professeur à l’Université de Metz il a été l’adjoint du professeur Jean-Marie PELT à l’Institut européen d’écologie.

Jean-Claude nous a quittés en ce premier Janvier 2018, emporté par une terrible maladie. Un grand biologiste s’en va. Il est parti rejoindre tous ceux qui ont fait la notoriété du monde marin, ceux qui ont été nos maîtres. Je suis sûr qu’ils ne vont pas s’ennuyer avec lui, car il n’engendrait pas la mélancolie. Il va me manquer !

Bon vent à toi Jean-Claude »

Pr. Nardo Vicente