Accueil COP23 : porter, une nouvelle fois, la voix des océans

COP23 : porter, une nouvelle fois, la voix des océans

La COP23, conférence de l’ONU sur le climat, s’ouvre à Bonn aujourd’hui. Patricia Ricard, notre présidente, interviendra à plusieurs reprises en tant que porte-parole de la Plateforme Océan et Climat, pour « porter la voix des océans ».

La conférence qui s’ouvre aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 17 novembre, est présidée par les îles Fidji, petit état insulaire particulièrement impacté par les changements climatiques à venir et par la montée du niveau de la mer. Elle doit débattre à la fois de l’avancement des objectifs affichés lors de la signature de l’Accord de Paris, mais aussi, concrètement, avancer sur ses modalités de mise en œuvre.

Un océan régulateur, et porteur de solutions

Et une nouvelle fois, les membres de la Plateforme Océan et Climat, dont l’Institut est membre fondateur, au côté d’autres organisations, viendront porter la voix des océans. Comme ils l’ont fait lors de la COP21, puis de la COP22, ils souhaitent faire reconnaître la place primordiale de l’océan dans les enjeux climatiques : d’une part, c’est un puissant régulateur du climat, et sa bonne santé permettra d’atténuer les effets du changement climatique ; d’autre part, il est porteur d’innovation et c’est une source d’inspiration pour des solutions basées sur la nature. Au cœur des débats également, la nécessité d’accomplir un véritable travail de sensibilisation auprès de tous les acteurs politiques, pour que les océans prennent leur juste place dans les négociations climatiques.

Plusieurs interventions prévues

Plusieurs interventions sont dores et déjà prévues : Patricia Ricard participera le jeudi 9 au troisième meeting des membres de l’Alliance d’initiatives Océan et Climat, et interviendra vendredi 10 lors du side-event d l’Alliance, ainsi que le samedi 11 lors de la journée dédiée à l’océan. Elle interviendra également le dimanche 12 lors d’un side-event sur les territoires insulaires, et enfin le samedi 16 lors d’un segment de haut-niveau.
Elle rappellera le message qu’elle avait porté lors de la Conférence sur les océans des Nations Unies qui s’est tenue à New York au mois de juin : « L’océan mondial, longtemps perçu comme une corne d’abondance et un nouvel eldorado énergétique, est devenu depuis la COP21 et l’Appel de Paris un élément essentiel de l’atténuation du changement climatique. Il n’en reste pas moins, pendant ces travaux de construction d’une conscience universelle partagée, le garde-manger ultime de millions d’êtres humains dont il assure la survie. »

Dans le cadre d’une conférence durable

Les organisateurs de la COP23 souhaitent également mettre l’accent sur l’aspect « durable » de la manifestation, en réduisant au maximum son impact. Des transports à la collecte des déchets en passant par la restauration, l’énergie et la compensation, notamment en ce qui concerne les transports aériens des participants, ils souhaitent, dans la mesure du possible, parvenir à une conférence « climatiquement neutre ».